Parce que le temps de l’enfouissement est passé…

 

Voici un article paru sur l’excellent site de Koz. Je le reprend in extenso… rien à redire, rien à ajouter, rien à retirer… Selon moi… et selon vous ? L’image, elle est prise sur le site d’Emond Prochain

Pris ici

Au début de ce mois, un ami m’a donné rendez-vous dans un café. « J’ai quelque chose à te montrer ». S’en est suivi, peu ou prou, la vidéo que vous venez de consulter, et que vous pourrez revoir parce qu’elle est riche et réfléchie jusque dans l’enchaînement des illustrations et leur choix lui-même.

Cette vidéo, accessible sur Quellesociete2012.fr, est une forme d’intervention inédite des catholiques dans le débat public. Cela ne plaira pas à tout le monde, c’est certain, mais laissons d’autres se satisfaire de plaire à tout le monde. Quand bien même elle déplairait au plus grand nombre, vous serez d’accord avec moi pour dire que la vérité ne plie pas devant la majorité, n’est-ce pas ?

Elle est inédite à plus d’un titre. Inédite parce qu’il s’agit d’une vidéo dans la campagne, d’une vidéo de qualité, d’une forme de spot de campagne de fond. Inédite parce qu’il s’agit de l’intervention de laïcs catholiques dans la campagne. On laissera les sociologues se pencher sur la signification d’une telle initiative. Que dit-elle sur l’Eglise, et sur son état aujourd’hui ? Pour leur donner un coup de main, je dirais que le temps de l’enfouissement est passé1. L’Eglise a un message à porter, un message global et cohérent sur la personne. L’état de notre société impose aux catholiques de mettre de côté pudeur, autocensure, ou crainte (face à ceux qui leur dénient tout bonnement le droit de s’exprimer).

Pour ne prendre que deux exemples, les rapports 2010 et 2011 du Médiateur de la République donnent un aperçu de cette urgence, décrivant des Français « usés psychiquement », une société « en burn-out ». Ce week-end, un rassemblement de l’ADMD en faveur de l’euthanasie s’est tenu au cirque d’hiver et un rassemblement d’Alliance Vita lui a répondu, sur le parvis des droits de l’Homme. Sur Twitter, un (apprenti) journaliste conseillait à Tugdual Derville, fondateur d’Alliance Vita, d’ »aller se faire emboutir des cierges » tandis qu’un autre lui répondait que, « s’il fallait donner l’avis de chaque communauté intégriste »… Jean-Luc Romero qualifiait immanquablement Alliance Vita de « fanatiques » et d’ »intégristes ». Dans le même temps, on apprenait l’histoire d’Angèle Liaby, dans le coma mais pleinement consciente, à mettre en rapport avec les déclarations du parrain de l’ADMD, François de Closets, selon lequel si « le patient n’est pas conscient, il ne souffre pas et, en ce sens, ce n’est plus un être humain ». Qui sont les extrémistes, les intégristes, les fanatiques ? Face à cela, il est évident que les catholiques – parmi d’autres – doivent prendre la parole, sans accorder plus d’importance aux anathèmes.

Mais ce ne sont que deux exemples, et la vidéo a ce très grand intérêt de présenter la doctrine sociale de l’Eglise dans sa globalité, dans sa cohérence. Trop souvent, des catholiques croient suffisants de mettre en avant trois « points non-négociables » qui devraient borner le cadre de réflexion des catholiques dans le débat politique. C’est tronquer le message du Pape.

En effet, comme le rappelait notamment le Père Matthieu Rougé, dans Il est vivant, si le Pape mentionne des points effectivement non-négociables, dans son exhortation apostolique Sacramentum Caritatis (au point 83), c’est de façon bien plus complète :

« le culte agréable à Dieu n’est jamais un acte purement privé, sans conséquence sur nos relations sociales: il requiert un témoignage public de notre foi. Évidemment, cela vaut pour tous les baptisés, mais s’impose avec une exigence particulière pour ceux qui, par la position sociale ou politique qu’ils occupent, doivent prendre des décisions concernant les valeurs fondamentales, comme le respect et la défense de la vie humaine, de sa conception à sa fin naturelle, comme la famille fondée sur le mariage entre homme et femme, la liberté d’éducation des enfants et la promotion du bien commun sous toutes ses formes. Ces valeurs ne sont pas négociables. Par conséquent, les hommes politiques et les législateurs catholiques, conscients de leur grave responsabilité sociale, doivent se sentir particulièrement interpellés par leur conscience, justement formée, pour présenter et soutenir des lois inspirées par les valeurs fondées sur la nature humaine. »

Ainsi, si ces trois valeurs sont fondamentales aux yeux du Pape, puisqu’elles sont citées au premier chef, leur énoncé n’est aucunement limitatif et l’on ne peut tronquer la pensée du Pape en omettant de préciser : « et la promotion du bien commun sous toutes ses formes ».

 

« Un vote pour quelle société ?« . Paix, dialogue, liberté religieuse, accueil des plus faibles, de tous les plus faibles… A l’image de la position traditionnelle de l’Eglise, cette vidéo ne dit pas pour qui les catholiques devraient voter, mais pour quoi.

Cela ne leur facilite pas la tâche. Bien souvent, nous sommes tentés de mettre un impératif en sourdine et, de fait, nous savons qu’aucun candidat n’est totalement en accord avec la pensée sociale de l’Eglise. Après avoir bien identifié les enjeux les plus fondamentaux et en sachant qu’il n’y a pas de vote pur et immaculé, nous pourrons voter, en conscience.

__

La vidéo, je le répète, est accessible sur le site Quellesociete2012.fr, accompagnée des éléments de discernement proposés par la Conférence des Evêques de France. Tous les outils de partage figurent sur le site, utilisez-les avec abondance, puisqu’ »abondance de Bien ne nuit pas ». La vidéo est également directement téléchargeable (je vous donne même le lien) pour permettre l’organisation de débats dans les paroisses, aumôneries, ou tout autre mouvement. Visualisez, partagez… Si la campagne manque encore de sujets de fond, ce ne sera pas de notre faute.

27/03/2012

Comments are closed.