Pour qui le banquet… ?

Jésus invité à un repas, le jour du sabbat, voit les convives qui l’entourent se précipiter aux premières places. Cela lui donne à penser. Quelque chose cloche dans ce comportement. Ces gens ne sont-ils pas des pharisiens ? N’ont-ils pas comme souci permanent de se conformer à la Loi de Dieu ? Comment comprendre alors chez eux ce goût des honneurs, cette façon d’être premiers ? Leur pratique religieuse leur en donnerait-elle le privilège ? Il est vrai qu’ils sont méticuleux dans l’observance et même qu’ils en rajoutent dans le plus ascétique. Mais reste en eux ce besoin de m’as-tu vu, d’être considérés et reconnus dans « leur » perfection morale. Serait-ce aussi l’orgueil qui anime leur cœur, l’égocentrisme qui les rend si remuants ? Mais la première place qu’ils cherchent, est-elle bien celle qui leur convient ? Jésus les interroge. Ces places convoitées et que vous vous donnez sont-elles bien pour vous ? En disant servir Dieu ne lui ôtez-vous pas la place qui est la sienne ?

Pour qui… ?

N’est-ce pas à lui que revient la première ?

Mais au lieu de cela, vous voilà attirant les regards de ceux qui vous entourent. Vous dites servir Dieu et vous prenez sa place, tirant parti de lui pour vous faire honorer. Vous qui ne rêvez pas comme première place de vivre à la dernière vous vous trompez de Dieu en vous servant de Lui pour vous servir vous-mêmes. Vous perdez votre temps et vivez dans l’erreur.

N’est-ce pas terrible de se tromper ainsi ?

Serait-ce très fréquent même encore aujourd’hui ? Dès qu’on parle de Dieu, qu’on prétend être à Lui; il faut se surveiller. Mais il est un critère que Dieu nous a donné et qui ne peut tromper. Car la première place que Dieu doit occuper, en fait, il la laisse libre et l’offre à tous ceux qui n’ont rien à donner; rien à donner bien sûr, selon les mœurs du monde. N’est-ce pas la finale du texte évangélique ? « Lorsque tu donnes un déjeuner ou un dîner, ne convie ni tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins…de peur qu’eux aussi ne t’invitent…Mais lorsque tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles… Heureux seras-tu alors de ce qu’ils n’ont pas de quoi te rendre » (Luc 14, 13-14)

Pour qui ?

Vous avez bien compris qu’il s’agit de la place qu’on ne peut occuper pour se faire valoir. Dieu seul en Jésus-Christ l’occupe en vérité. Alors vers quoi tous les jours nous précipitons-nous ? Où cherchons-nous à grimper, même si ce n’est pas très haut, pour que l’on soit bien vu ?

Pour qui ?

Pour Dieu,

cette première place mais selon sa façon à lui d’être premier.

La sienne n’est pas la nôtre mais il n’en est pas d’autre,

quand on veut comme vous et moi, appartenir à Dieu.

28/08/2010

2 Réponses pour “Pour qui le banquet… ?”

  1. Redigé par la-petite-rien-du-tout:

    Salut et Paix
    Le désir de première place peut être subtil: Un moine m’a raconté que, rentrant novice à son abbaye, il avait grand désir de devenir parfait et finalement mieux que les autres ! Puis avec les années, il s’est aperçu qu’il n’était pas meilleur que ses pères !
    Je n’ai pas compris pourquoi le père spirituel que l’on m’a donné au début de ma vie d’ermite, ne voulait pas que je le dise et que je me présente pour faire des oeuvres caritatives dans ma paroisse. Maintenant j’ai compris qu’il m’a évité de supporter la grande erreur quand on regarde les mystiques: penser qu’ils ont en eux une raison quelconque pour que Dieu leur demande de bien vouloir faire passer aux autres son message. Pas plus que les prophètes de l’AT ! Incognito dans mon environnement, quel soulagement!
    En expliquant à un quidam très croyant le fondement du bouddhisme, j’ai commencé ainsi: « Vous êtes une créature inférieure. » Il a fait un bond. « Je suis une créture inférieure. » Cela allait mieux, si nous étions ensemble… « Nous avons besoin d’une divinité pour nous appuyer sur elle. Mais à force de méditer beaucoup, nous devenons supérieurs et nous n’en avons plus besoin ». Je l’ai fait à mon Evêque, mais il n’a pas bronché!!! C’est ce qui motive les adeptes du bouddhisme, connaître l’éveil qui fait de vous la créature supérieure dont ils rêvent et du haut de laquelle, ils se pencheront, avec compasssion, sur les autres. Un adepte en visite dans un temple au Thibet disait: on se sent dieu!
    Jésus ne pensait tout de même pas attraper beaucoup de monde avec son « humilité » ???

  2. Redigé par Lecteur et acolyte:

    Notre modèle, que nous suivons parfois si mal nous a laissé les mots et l’exemple :

    Matthieu 20, 26-28 « Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand sera votre serviteur ; et celui qui veut être le premier sera votre esclave. Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude. » ( Voir aussi Jean 13, 03-5.13-17 et Philippiens 2, 01-11)

    Si je savais tous les jours mettre en pratique tout cela, je serais un bien meilleur témoin… Heureusement que mon Seigneur est patient avec moi et les autres.