OrdinationS ou Ordination ?

François Cup

Ce matin l’Eglise du Christ qui est Lyon présentait un visage très international. La Primatial Saint Jean Baptiste, jusque sur son parvis, a accueilli une foule nombreuse pour entourer les  8 nouveaux prêtres que le Cardinal Barbarin a ordonnés. Ces 8 garçons venaient du Canada, de Pologne, du Vietnam, d’Haïti et de France.

Une messe de toute beauté ! La manécanterie dirigée par Jean François Duchamp a porté la prière de tous avec des chants « habituels » de compositeurs tels que Godard ou Bertier mais aussi des chants plus complexes signés Bernstein ou Reveyron. C’était grandiose et sans aucune  frime ! La force du chant liturgique fut très justement dosé entre chant à chanter à « plein poumon » par tous, mais aussi à « écouter » pour se laisser rejoindre et conduire ailleurs. Merci Jean François !

Il y a 6 ans, je faisais les même promesses que ces 8 nouveaux frères dans le sacerdoce: accomplir avec sagesse et dignement le ministère de la Parole, annoncer l’Evangile et exposer la foi Catholique. Merci Seigneur pour ta Parole, merci pour les joies que l’on décèle sur un visage, dans les mots et dans la vie de celui, de celle qui se laisse envahir par cette Parole de vie.

Il y avait aussi la promesse de  célébrer les mystères du Christ avec foi pour la louange de Dieu et la sanctification du Peuple.

La encore, ma joie se déploie quand un nouveau baptisé agrandit la communauté, un nouveau couple d’amis s’engage dans le mariage, lorsque je deviens parrain de confirmation d’une amie , lorsque je donne la communion pour la première fois à mon filleul. Oui il y eu des larmes de joie et d’émotion en marquant le corps souffrant d’une jeune maman avec l’huile des malades. Joie profonde de dire (…) Et moi au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit je vous pardonne tous vos péchés. Et enfin la joie, comme ce matin de préparer longuement avec le service de Liturgie, et de servir la prière d’une ordinations de frères qui se donne à Dieu, pour sa gloire et le Salut du monde. Ces exemples rejoignent tant d’autres exemples en 6 années de ministère.

La promesse de la prière pour le Peuple est aussi une promesse de mon ordination… Elle est un combat permanent ou ma fidélité est éprouvée. Je vous demande à vous qui lisez de prier et au Seigneur de venir au secours de ma faiblesse.

L’avant dernière promesse s’inscrit dans une histoire d’amour avec le Christ souverain prêtre à entretenir, développer, rechercher, encourager, non pour elle-même mais dans la logique de l’Incarnation qui sert l’humanité amoureusement.

C’est une histoire d’amour, ceux qui aiment savent ce que cette promesse recouvre de joies immenses, de peurs et aussi d’écarts. Mais la certitude de l’amour fidèle du Seigneur se renforce jour après jour.


La dernière promesse est celle de la fidélité à l’Eglise dans les supérieurs légitimes qu’elle me donne.

Il y a ici un garde fou immense: non je ne suis pas le maitre unique de mon destin, non je ne suis pas un consommateur sans discernement de ce qui me « plait », non la mesure de ce que je comprends et vois des événements, des mots, d’une situation n’est pas la seule mesure de mes choix. J’ai certes l’avant dernier mot sur des décisions, mais j’accepte de ne pas avoir le dernier et ainsi j’accepte d’obéir, confiant en la fidélité du Seigneur qui se dit « là » concrètement. Oh ! Ce n’est pas simple ! Loin de là ! Dans une société comme la notre,  avec l’éducation reçue et le caractère que j’ai, ce n’est pas simple… C’est pourtant ici, dans l’obéissance, que se joue le bien le plus précieux mais aussi le plus menacé de l’Eglise: l’unité. De la dire n’a pas forcément bonne presse… et pourtant…

Voila, ce soir, ce que je vous partage de ma journée, de ma prière et de ma joie à l’occasion de l’ordination presbytérale de mes frères prêtres du jour. Bonne route et bon ministère Jean-Luc, Emmanuel, Krzysztof, François, Sylvain, Jacek, Wilguens et Paul. Merci pour votre « oui », que votre fidélité soutienne la mienne.

Retrouvez les ! Petit clik ici

26/06/2010

4 Réponses pour “OrdinationS ou Ordination ?”

  1. Redigé par Lecteur et acolyte:

    Sébastien, souviens-toi !

    Les promesses de la prière et de l’obéissance, tu les as faites quand tu as été ordonné diacre ! Tout comme tu as reçu l’envoi au service de la Parole et au partage aux baptisés du corps et du sang du Seigneur !

    Et, bien sûr, diacres, prêtres et évêques sont là, non à leur compte, mais pour le service des baptisés : ils leur doivent la Parole et le Pain, ils sont là, chacun à leur place et selon leur ordre, pour construire par les sacrements le Corps du Seigneur, qui est l’Église telle que la veut Notre Père. Et ceci les remet, nous remet dans l’humilité devant l’immensité de l’appel et le niveau de nos limites.

    Fraternellement

  2. Redigé par Sebastien:

    Intéressante réflexion, merci Maurice, mais je m’interroge, qu’en penses tu ? Bien sur qu’elles ont été faites ces promesses au moment du diaconat, mais dans une perspective un peu différente. Les promesses sont faites pour une bonne partie en fonction du ministère que l’on reçoit. Il ne s’agit pas de « prier pour prier », ou de servir « la parole pour servir la parole »… c’est déjà pas mal certes, mais ce n’est pas exactement la même chose. Par le ministère presbytéral il y a d’abord la marque d’un sacrement et la charge de l’accompagnement particulier et « paternel » d’une partie du peuple de Dieu, comme collaborateur de l’évêque que le diaconat ne recouvre pas.

  3. Redigé par Lecteur et acolyte:

    Pour poursuivre, quelques éléments de réflexion sur les questions soulevées :

    A – Le diaconat :
    1 – Si j’en crois la Commission théologique internationale (DC 2284 du 19/01/25003), l’ordination diaconale est une des modalités du sacrement de l’ordre.
    2 – Tous les prêtres et tous les évêques ont été ordonnés diacres avant d’être ordonnés prêtres ou évêques.
    3 – Les diacres diocésains reçoivent de leur évêque une mission canonique. Pour ceux qui seront très probablement ordonnés prêtres, cet aspect peut passer inaperçu car c’est souvent l’insertion en paroisse et la continuation des études, mais c’est réel. Pour les diacres permanents, c’est ce qui définit ce qu’ils ont à faire.
    4 – Benoit XVI a fait récemment et heureusement clarifier le droit canon en mettant en accord le canon 1008 avec le reste du droit canon, c’est à dire en ôtant la possibilité de donner de façon ordinaire à un diacre permanent une charge pastorale (cf. La Croix du 15/12/2009) : cette possibilité en faisait bizarrement des « vicaires » non prêtres.
    5 – A ma connaissance, il y a très peu de diacres permanents dans les ordres religieux apostoliques, peut-être un peu plus dans les ordres monastiques (on m’en a parlé chez les bénédictins et j’en ai vu un aux fraternités monastiques de Jérusalem). Ceci explique une connaissance moins approfondie du diaconat dans les ordres religieux.

    Ainsi, les diacres permanents, collaborateurs de leur évêque, ont-ils, parmi les clercs, des missions spécifiques, avec une « tonalité dominante » au service des pauvretés tout comme les prêtres et les évêques ont des missions spécifiques avec des « tonalités dominantes » autres. Si tous jouent juste, il en résulte une symphonie pour construire le peuple de Dieu.

    B – l’Office de la prière :
    Il ne s’agit pas de prier pour prier, mais
    - de confier au Seigneur la prière de ceux qui ne savent ou ne peuvent pas prier, et les psaumes sont là pour ça à mon sens;
    - de déposer aussi devant Lui les fardeaux qui pèsent sur les épaules de ceux qui ont été rencontrés, et le poids de la croix qui nous est donné de porter et
    - de se laisser former par l’Esprit qui nous souffle de bonnes idées à ces occasions.

    Bien d’accord, c’est un combat, mais un combat nécessaire.

    C- Le service de la Parole
    Il est outil donné pour la construction du Peuple de Dieu. Évêques, prêtres et diacres commentent et actualisent cette Parole dans l’homélie, Je ne mélange pas cela avec l’annonce de la Bonne Nouvelle ad extra, une mission déjà reçue avec les sacrements de l’initiation : il s’agit bien là, au cours des messes, des baptêmes, des mariages et des funérailles, d’aider les baptisés, en commençant par soi-même, à assimiler la.

  4. Redigé par Lecteur et acolyte:

    il manque les 2 derniers mots :
    La Parole