Kiss-in : bouger, réagir, riposter. Ou pas.


Photos Sébastien Erome

Voici in extenso, l’excellent article de mon ami Koz (son très bon blog: www.koztoujours.fr)  sur ce qui a agité les esprits à Lyon voici quelques jours. Il s’agit d’une réflexion autour du « Kiss in ». Une série de photos ici

Bouger, réagir, riposter. Il faudrait bouger, réagir et riposter. Défendre le territoire. La foi comme guerre de mouvement, peut-être :  celui qui ne saute pas n’est pas catho ! L’a pas le droit de parler puisqu’il n’a rien fait. Un « mou » voire un « ultra-mou ». C’est d’ailleurs amusant de voir comme, dans certains milieux, on se prend facilement à distinguer les catholiques entre mous et durs. Comme si la « dureté » était un critère de mesure du catholicisme. Elle est comment, ta foi, toi ? » « Moi, ça va, elle est  dure » « La tienne ? » « Ah, un peu molle ». C’est qu’on est loin de ces conneries de cœur de pierre et de cœurs de chair (Ezékiel 11:19 et 36:26). Ca, c’est pas d’la foi de…

En renvoyant dos-à-dos activistes homosexuels et militants d’extrême-droite – ceux qui trouvent qu’Odin avait tout de même plus de couilles que Jésus, mais qui viennent là défendre l’Occident et, avec un peu de chance, casser du pédé – Natalia était une « ultra-molle ». Alors, allons-y pour l’ultra-mollesse.

C’est que, sans surprise tant c’était écrit d’avance, l’affaire a salement dégénéré à Lyon, pour venir culminer paroxystiquement en un « Sieg Heil » final. Le personnage coupé de près sur la photo est un emblème à lui tout seul. La séquence est tellement significative : provocateur ici, il peine manifestement à prier à genou. Au final, il prend cher et avec lui, c’est la Croix qui est à terre, brisée.

Puisque, comme ils le savent, la personne ne se réduit pas à ses actes, c’est donc avec toute l’affection nécessaire pour les hommes et femmes de bonne volonté parmi eux que je redis mon profond désaccord.

J’appelle à s’en foutre. Juste s’en foutre, pour voir. Et vaquer. Des groupes d’activistes homosexuels viennent se rouler des galoches sur le parvis ? Ça ne me plait pas. D’ailleurs c’est pas fait pour me plaire. Ce n’est pas fait non plus pour m’édifier. C’est fait, quelles que soient leurs dénégations, pour me provoquer. Et je leur ferais ce plaisir d’y répondre ? Que se passe-t-il si je regarde ailleurs et poursuis mon chemin ? Suis-je heurté dans ma foi ? Dans ma vie de foi ? L’existence des homosexuels porte-t-elle atteinte à ce que je suis ? Quel impératif me pique les fesses pour que d’un bond je me dresse et fasse savoir aux gars d’en face que notre Sainte Mère l’Eglise désapprouve la sodomie ? J’ai autre chose à faire qu’à accorder de l’importance aux gesticulations de groupuscules excités. Non, l’esprit de riposte n’est pas essentiel, n’est pas le chemin que nous devons adopter. « Laisse les morts enterrer leurs morts ; mais toi, va annoncer le règne de Dieu ».

Est-ce que je tremble, d’ailleurs, dans mon for intérieur, à l’idée qu’une personne homosexuelle foule le sol du parvis ? Pourquoi chanter le Je vous salue Marie ? Pour conjurer les forces obscures qui se déchaînent sur le parvis ? Délier les langues ? On parle de profanation. Mais un parvis n’est pas sacré, pas béni. No stress. On ne profane pas le profane.

Quant au risque de voir ces manifestants entrer dans les cathédrales, il est nul si l’on prend la précaution de les fermer le temps nécessaire. Il est très faible si l’on se souvient que l’intrusion d’Act-Up à Notre-Dame s’est retournée contre ses initiateurs. Les organisateurs ne sont pas idiots : il est tellement plus rentable d’opposer des bisous aux saluts nazis…

Et s’il était béni, le parvis, il aurait été au moins autant profané par ces nazillons mêlés aux catholiques, leurs démonstrations de haine, les bras tendus, et les slogans furieux. Dès lors, pour protéger la cathédrale, ces hommes et femmes de bonne volonté auraient du ouvrir un « second front » de prière. Ce n’est certes pas ceux qui priaient, à genoux, qui enchaînaient ensuite sur les saluts nazis1. Mais sauf à prévoir le service d’ordre adéquat, les organisateurs ne peuvent qu’assumer une si prévisible incruste.

En n’ouvrant pas ce second « front de prière », ils ont laissé penser que ces héritiers du plus odieux et anti-chrétien des paganismes étaient un renfort accepté.

« Rengaine ton épée ». S’agit-il effectivement de défendre l’Eglise ? Ces actions sont nuisibles. Elles associent le fascisme au catholicisme, l’affrontement au parvis des cathédrales. Elles fournissent aux adversaires de l’Eglise les images qu’ils souhaitent et la confirmation de leurs présupposés. Elles justifient leurs actions et donnent à ces manifestations une ampleur inespérée.

Et à supposer que les parvis aient besoin de cette protection, les protège-t-on vraiment, par ces manifestations ? Au contraire, la provocation fonctionnant si bien, après Paris, ce fut Lyon, après Lyon, Metz, et d’autres suivront. On jurerait voir de nouveau à l’œuvre la « concasseuse gigantesque », ses « bêtises antagonistes » et les roues de l’engrenage démoniaque ! On observera d’ailleurs que du fait de l’absence de contre-manifestation à Metz – malgré les appels en ce sens – ce kiss-in n’a obtenu aucune résonance médiatique2.

La démarche n’est pas seulement inefficace, on pourrait même douter qu’elle soit pleinement chrétienne. Les frères Pouzin, du groupe Glorious l’écrivaient dans une « lettre ouverte à notre frère homosexuel » qui - je n’ai pas changé d’avis – doit avoir bien du mal à percevoir la dimension d’accueil de la personne proclamée par l’Eglise. Jean-Baptiste Maillard le soulignaitencore. Et Patrice de Plunkett le rappelait : « une église (…) peut se trouver dans le rôle du Calvaire : songeons à ceux qui insultaient Jésus au Golgotha. Jésus n’a pas demandé à son Père douze légions d’anges en gants noirs et bras levé pour venir dégager le terrain ».

Le Golgotha. Non, l’évocation de la Passion n’est pas excessive. Edmond Prochain conclut3 sur cette phrase du Christ à Pierre, qui venait de trancher l’oreille d’un soldat venu l’arrêter : « Rengaine ton épée ». Si le Christ au moment de connaître sa Passion, au moment d’être arrêté, humilié, flagellé et mis en croix, soigne le soldat blessé et réprouve la violence de Pierre, combien nous-mêmes, face à de si dérisoires évènements, nous devrions oublier l’esprit de riposte ! A supposer que l’on veuille vraiment se mettre à la suite du Christ et non défendre une chrétienté sans christianisme et finalement… un christianisme sans Christ.

09/06/2010

7 Réponses pour “Kiss-in : bouger, réagir, riposter. Ou pas.”

  1. Redigé par do:

    En plus on prend le risque de voir des manifs complètement catholiques se faire infiltré par des gens de l’autre bord, pas du tout cathos, mais qui viendront faire le cliché qu’ils veulent voir à côté des cathos: qui connait ce type? qui sait si ce n’est pas un acteur payé par les LGBT?

    Il vaut mieux ne pas se retrouver sur ce terrain, mais sur celui des associations qui vont visiter les malades, les prisonniers, les immigrés, tout au long de l’année! aux pro-action: elle est là, l’action des chrétiens, et c’est sur cette action, et sur elle seule, même pas sur le culte, que reposera le jugement dernier! (si vous me croyez pas, venez et voyez: Mt 25: http://www.biblia-cerf.com/BJ/mt25.html)

  2. Redigé par Christophe:

    @ do:
    Tout à fait d’accord avec toi. Aucun catholique n’est capable de faire de telles choses. C’est forcément un acteur, infiltré par les LGBT. En plus, les homosexualistes sont tellement lâches et peu militants qu’il a fallu qu’ils payent un acteur!

    C’est comme les gens qui priaient à genou devant Saint-Jean et les nazillons qui ont rejoint la contremanifestation : des figurants payés par par les richissimes associations LGBT. D’ailleurs, ce lobby est tellement puissant, que depuis 99, ils n’ont toujours pas obtenu l’égalité des droits.
    Sont vraiment nuls, ces homosexualistes !

  3. Redigé par la-petite-rien-du-tout:

    Salut et Paix
    Mais oui, il faut interdire que tous ces pécheurs se montrent,, surtout en groupe!
    Aussi, je propose qu’au début de la messe, où, si j’ai bon souvenir, les présents se reconnaissent pécheurs, on vire tout le monde!
    Vaut-il mieux en rire ou fermer ses volets?

  4. Redigé par avot:

    dur debut sur internrt je n y arrive pas mais je persevere comme j espere faire compostelle

  5. Redigé par avot:

    e j espere faire compostelle bon ce message arrivera t il a son destinataire ou j abandonne

  6. Redigé par lanfeust2troy:

    mon dieu que ce genre de confrontation est affligeant. L’extrémisme contre l’extrémisme ne servira à rien, dans aucun des camps.
    Finalement, vivre et laisser dire est certainement la meilleure solution

  7. Redigé par gixxer guy:

    Think of how stupid the average person is, and realize halve of them are stupider than that.