De quelle façon ?

Voila Jude, un apôtre discret qui permet au Christ de promettre sa présence de manière étonnante. « Je vous laisse la Paix, je vous donne ma paix », c’est une mission pour celui qui va communier à l’eucharistie. La prière qui précède le don de la paix les uns aux autres avant la communion est bâtie sur ce chapitre 14 de Jean.

Voici qui peut nous intéresser ! De quelle façon le Christ reste-t-il présent parmi les hommes alors qu’il est retourné vers le Père ? Comment nous rejoint-il ? Quelles sont les modalités de sa présence ? Quand vous priez, « imaginez-vous » Dieu ? Où le cherchez-vous ? Ne souhaitons-nous pas de temps en temps que Dieu, dans ce monde complètement fou, se fasse plus perceptible ? N’aimerions-nous pas qu’il intervienne de façon plus manifeste pour remettre les choses et les hommes à leur juste place ? Mais alors quelle idée de Dieu se cache derrière ces souhaits, ces expressions ? Ne sommes-nous pas induits en erreur par notre façon « à nous » de  nous représenter  Dieu ? Et ne serait-il pas temps de la rectifier, de l’ajuster à la « Réalité » divine ?

De quelle façon, donc, Dieu est-il présent au monde et à nous-mêmes ?

En quelques versets Jean va nous le dire. Jude, l’un des Douze, s’est étonné d’entendre que Jésus après être passé de ce monde à son Père, réserverait sa manifestation seulement à ses disciples et pas du tout au monde.(Jn 14, 22) « A nous et pas au monde ? » Jude s’en étonne. Pourquoi ? A quoi pense Jude en posant la question ? A quoi s’attendait-il de la part du Christ et pour le monde ? Portait-il en lui l’idée que Jésus installerait finalement sur terre le royaume d’Israël ? Songeait-il que Dieu interviendrait de façon éclatante, publique et spectaculaire comme celle que réclamaient à Jésus ses propres frères lors de la fêtes des tentes :« On n’agit pas en cachette quand on veut s’affirmer…Manifeste-toi au monde ! » (Jn 7, 4)

A quel type de manifestation pouvait penser Jude ?

Mine de rien avec ces questions nous touchons un point important de la relation avec le Christ ressuscité. Elles en rappellent une autre posée par les disciples dans les Actes des Apôtres au moment de l’Ascension : « Est-ce maintenant Seigneur que tu vas rétablir la royauté en Israël ? » (Ac. 1,6) Mais le royaume dont parle Jésus, la relation qu’il veut établir avec les hommes n’est pas de l’ordre d’une mise en place de structures extérieures, ni le résultat d’une action d’éclat qui  « obligerait » les hommes à le reconnaître ou qui hisserait les disciples au rang de leaders du monde. Sans doute aimerions-nous qu’il en soit ainsi et que Dieu soit moins discret mais…

Mais Dieu nous déconcerte.

On ne cesse de l’imaginer tout-puissant et on ne perçoit rien directement de cette toute puissance. Dieu est présent au monde à sa façon !

Laquelle ? La réponse de Jésus nous éclairera-t-elle ? Il la formule en des termes d’intériorité, de présence « communionnelle », d’inhabitation, d’intimité. Jésus n’avait d’ailleurs pas dit, contrairement à ce qu’avait cru comprendre Jude, qu’il ne se manifesterait pas au monde mais que le monde ne le verrait plus (Jn 14, 19) lui, Jésus pourtant bien Vivant. C’est que pour le percevoir dans son état de ressuscité il faut être vivant soi-même, ce que le monde n’est pas. (Jn 14, 19) Et qu’est-ce qui maintiendra en vie les  « voyants » de Jésus le Vivant ? Le fait de « garder sa Parole ».

Jésus sera présent, pas tout seul, avec le Père, chez celui qui gardera sa Parole. « Si quelqu’un m’aime il gardera ma Parole et mon Père l’aimera et nous viendrons vers lui et nous ferons chez lui notre demeure » (Jn 14, 23) Voilà nous y sommes, la présence de Dieu est là, pour l’homme, où la Parole du Christ est gardée, crue, obéie. Cette présence n’est pas perceptible de l’extérieur comme une réalité de ce monde qui serait posée devant nous.

Elle est enfouie dans une relation.

Elle est présence réelle, perceptible, manifestée à celui qui garde, qui s’attache à la Parole sans aller chercher ailleurs, qui l’approfondit constamment sans illusion sur la connaissance qu’il en a, qui veut la vivre au point de se laisser transformer par elle. Il n’est pas sûr que nous soyons encore tout à fait persuadés de la façon dont le Christ Ressuscité se rend présent à nous. Il n’est pas sûr que nous n’attendions pas qu’il fasse des signes extérieurs, dans le ciel, dans le soleil ou encore ailleurs. Mais il faudra nous y faire, Dieu, le Fils et le Père habitent chez les hommes quand la parole qui nous a été léguée vit en nous et nous transforme grâce à l’Esprit.

Arrêterons-nous de parler de Dieu comme si nous ne connaissions pas l’Évangile ?

Le rejoindrons-nous là où il nous donne rendez-vous… En nous et entre nous ?

Et sa Parole deviendra-t-elle la nôtre ?

08/05/2010

3 Réponses pour “De quelle façon ?”

  1. Redigé par SOLEIL:

    La parole de DIEU est en CHRIST, comme la parole du CHRIST

  2. Redigé par SOLEIL:

    La parole de DIEU est en CHRIST, comme la parole du CHRIST est en DIEU.
    et elle nous est perceptible par L ‘ESPRIT SAINT.
    Ainsi la SAINTE TRINITEE prend alors toute sa dimension dans notre vie de chaque jour, ou DIEU pour peut que nous sachions être à son écoute nous
    apparait de multiples façons à travers nos frères mais encore dans le souffle de la nature, et dans ce qui fait notre vie de tout les jours
    pressentir, ressentir cette parole même un court instant est alors pour nous
    une source de bonheur qui donne un sens à notre vie, et nous encourage à être perfectible pour le bonheur de ceux que nous croisons et avec qui nous partageons la grande aventure humaine

  3. Redigé par la-petite-rien-du-tout:

    Salut et Paix
    LA manifestation de Jésus au monde, et au monde entier, est l’Eucharistie. Voir Jésus dans l’hostie et à travers cette hostie, voir le Père.
    Et pour certains, dont je suis et tte ma hiérarchie le sait, Jésus parle. Il m’a parlé tout haut un jour de l’année 2000, car Il voulait me reconquérir, comme on reconquiert une belle! Il a toujours parlé en moi depuis mes 16 ans et c’est moi qui n’ai pas voulu l’entendre pendant des années: j’avais « divorcé » comme j’ai dit à l’Evêque qui m’a acceptée comme ermite! C’est un véritable dialogue avec des questions et des réponses qui se suivent. Et Il m’a lancée sur Internet alors que je ne voulais plus d’ordinateur (j’ai travaillé à IBM) pour faire connaître ses paroles. Quand Jésus parle, c’est pour tous ceux qui veulent bien en profiter. Il a parlé pour les foules dans son pays, Il a demandé que des disciples diffusent ce qu’Il a dit, Il n’a pas changé d’avis!
    Ma prière vous accompagne