Sur la route du carême

La suite chemin faisant avec l’Evangile

Demandez, vous obtiendrez

Cette parole de Jésus semble simple à

comprendre, mais elle est difficile à

mettre en pratique. Si Jésus a insisté sur ce

commandement il y a deux mille ans, c’est

qu’il a toujours posé problème aux hommes.

Aujourd’hui, en ce début de Carême, ces

mots nous sont adressés par l’Église, qui a

conservé et transmis fidèlement la parole du

Christ. Et c’est à nous de les écouter et de les

faire nôtres, comme si c’était le Christ luimême

qui les disait à chacun de nous, qu’il

nous invitait à nous rassembler autour de

lui et à devenir ses disciples.

Mais à qui demander ? Comment

demander ? Que demander ? Voilà les

questions de nombre de nos contemporains

et surtout des jeunes de mon âge, qui n’ont

pas appris à demander et à qui rien n’a

vraiment été transmis ou qui découvrent

tout. Souvent, rien ne nous a été donné en

héritage, si ce n’est un : « Tu es grand, tu

peux choisir tout seul ! » En expérimentant

moi-même cette « liberté », j’ai seulement

compris que les questions essentielles, les

demandes existentielles s’accumulent. Alors,

notre coeur assoiffé souffre, cherchant à qui

demander de l’aide et reconnaissant que,

seul, il ne peut rien!

Dans l’évangile d’aujourd’hui, le Christ

m’adresse une parole de réconfort, qui n’a

pas peur de me rejoindre dans mon désarroi.

Il m’invite à le suivre dans le désert pendant

quarante jours en adoptant une attitude

de fils comme lui, et en demandant au Père

les « bonnes choses » qu’il est prêt à me

donner. La prière toute confiante et tout

abandonnée de la reine Esther, dans la première

lecture, me montre quelle voie

emprunter pour devenir fils devant le Père.

C’est ce chemin que le Christ m’indique

pour traverser ma vie de désert et rejoindre

le Père : il m’attend bras ouverts, avec une

table remplie des bonnes choses dont j’ai

besoin pour comprendre son amour profond

pour moi. _

Frère Martin Dulchev,

assomptionniste

en communauté à Florence,

Italie

25/02/2010

Une Réponse pour “Sur la route du carême”

  1. Redigé par Georges Farias:

    Bonjour Père Sébastien, voici mon blog. Si vous voulez utiliser quelques photos de mon travail sur mon blog, pas de problème, ça suffis de faire référence a mon site.
    Bonne et sainte Carême,
    Georges Farias
    Iconographe
    Atelier:
    117, Av. de Paris
    50100 Cherbourg
    t:02.33.20.53.96
    http://icones-fresques.blogspot.com