4e jour de ce temps de carême avec les assomptionnistes

Nouvelle méditation de l’Evangile du jour avec un frère assomptionniste.

Notre vie devient lumière pour les autres

Entrer chez les pécheurs, pire encore,

manger avec eux ! Voilà qui est scandaleux

aux yeux des Pharisiens. Comme

hommes religieux, soucieux d’une grande

pureté et d’une stricte observance de la Loi,

ils se référaient certainement aussi au

psaume 1 : « Heureux l’homme qui ne prend

pas le chemin des impies, qui ne fréquente

pas l’assemblée des pécheurs. » (Ps 1, 1.)

Celui qui se prétendait être Fils de Dieu « se

souillait » en se rapprochant des publicains

et des pécheurs.

En effet, le fondamentalisme mesquin qui

caractérise l’interprétation scripturaire des

Pharisiens a conduit à une confusion entre

le péché et le pécheur. Du coup, la Loi perd

son sens car, au lieu de faire participer à la

vie en Dieu, elle fait des exclus (les pécheurs)

dans la société. Jésus survient donc comme

une interprétation nouvelle de la Loi appréhendée

comme parole d’amour de Dieu.

Jésus est donc l’Amour du coeur de Dieu

dans lequel nul n’est exclu. C’est ce qui

transparaît dans son entourage. Nul n’y est

exclu sauf ceux qui se croient être les seuls

dignes à pouvoir l’entourer et qui s’en éloignent

mécontents de voir « le pain des

enfants être jeté aux chiens ».

Le festin que le publicain Lévi offre au

Seigneur, symbolise l’ouverture d’un coeur

qui accueille « l’amoureux de tous », en la

personne du Seigneur. Il n’y vient pas seul.

Vouloir qu’il vienne tout seul, c’est vouloir

un autre que lui. Comme lui, nous sommes

tous appelés à donner de la place à tout le

monde dans notre coeur. Cela suppose de

croire au droit de chacun à la vie, et, concrètement,

de prendre en souci le désir du malheureux.

C’est de cette manière que notre vie

devient lumière pour les autres, comme le dit

le prophète Isaïe (cf. Is 58, 9-10) ; c’est ainsi

que nous pouvons devenir « d’autres

christs » pour les exclus d’aujourd’hui. _

Père Gervais Mulimu,

assomptionniste

en communauté à Paris,

France

QUE FONT LES ASSOMPTIONNISTES EN FRANCE?

Dans un monde fracturé, dans une Église divisée, les Assomptionnistes veulent être des hommes

de communion et de partage, solidaires des plus pauvres. Unité, vérité et charité sont indissociables.

Rejetant les préjugés et les exclusions, ils s’engagent dans l’accueil et le dialogue.

En France, ils travaillent dans de nombreux secteurs, notamment auprès des sans-papiers, des

migrants ou des malades. Ils accompagnent de nombreux pèlerinages, en Terre sainte, sur les pas

de saint Paul, et bien sûr à Lourdes, le 15 août pour le Pèlerinage national. Présents dans des

mouvements de jeunes, ils animent aussi la vie de paroisses. Ils sont investis dans la recherche

théologique et dans l’enseignement. Certains travaillent dans un groupe de presse qu’ils ont fondé

en 1873, Bayard, oeuvre-entreprise qui leur permet de faire vivre et entendre une présence

chrétienne au sein de la société française mais aussi dans de nombreux pays du monde.

20/02/2010

Comments are closed.