Dieu s’était inquiété…

Dieu est inquiet. Jésus révèle et insiste sur cette inquiétude. « Heureux les artisans de Paix ! » – « Qu’ils soient un ! » – « Aimez-vous ! ».

Pourquoi cette insistance sinon pour révéler une angoisse profonde du cœur de Dieu ? Dieu, qui, comme le porte en prière, l’Acte de foi « ne peut ni se tromper, ni nous tromper » est bien réaliste ! Certains apôtres, certains disciples, certains évêques, certains baptisés de toutes conditions et de tous les temps épouvantent Dieu quand ils n’aiment plus ! Aujourd’hui ne fait pas exception !

Avez-vous repéré les motifs de divisions que portent certains suite à l’affaire qui meurtrit le diocèse d’Evreux avec le contentieux qui oppose un prêtre, un évêque une communauté paroissiale ces derniers jours ?

Avez-vous repéré la rage des vautours baptisés qui savourent cette division ?

Il y a sur Facebook des groupes et des articles diaboliques au sens de diviseurs, qui fleurissent appelant des soutiens, et où leurs instigateurs rient fort et gras de ce scandale de division, et ce au nom d’un droit, au nom de la terrible volonté d’avoir juste raison : péché permanent et historique de ces hommes à la nuque raide. Mais qui a raison quand en Eglise la division grandit ?

Oui la crainte du Seigneur éclate et se vérifie : la fraternité recule à Evreux, dans l’Eglise, et celle-ci devient le contre-témoignage du cœur de son annonce : l’amour de Dieu et du frère ! C’est une souffrance !

Mais l’Eglise est plus grande que les impostures de ses Tartuffes.

Dans la foi, le Seigneur prend soin de l’Eglise et ils sont nombreux ceux qui prient et œuvrent humblement pour son unité. Oui prions pour la réconciliation, prions pour les artisans de Paix, pour ceux qui font l’unité et pour ceux qui osent aimer malgré tout ! Et si le seigneur nous en donne la grâce, puissions nous être comptés parmi eux.

L’unité ne dispense pas la vérité bien sur, mais pas à n’importe quel prix ! Le primat de la charité et la fraternité commandent !

12/01/2010

2 Réponses pour “Dieu s’était inquiété…”

  1. Redigé par David:

    attention, commentaire elliptique:
    +1

  2. Redigé par CATHERINE:

    Hélas, tout événement malheureux qui concerne l’Eglise fait la « une », mais curieusement, nous parlons peu de tout ce qu’elle apporte, des richesses qu’elle contient, de l’animation qu’elle fait vivre dans nos sociétés si fermées, en ouvrant les portes de la refléxion. Malheureux prêtre qui, peut-être par orgueil, ou trop de certitudes, désobéit à son Evêque et crée le scandale! Prions pour lui, afin que l’Esprit l’éclaire, et, aprés tout, réfléchissons un peu sur la souffrance de nos frères, séparés ou non, qui souffrent du « modernisme » de l’Eglise…et pourtant, n’est-ce pas le seul corps social qui a survécu à 20 siècles de mutations de la société! Il y a ceux qui avancent trop vite, ceux qui traînent les pieds, mais l’essentiel n’est-il pas d’avancer!