Agacement !

pantheon

Je sens une certaine colère monter et demeurer en moi depuis hier soir. J’écoutais ma radio… et…

Une radio d’information française diffuse depuis hier et ce quasiment en boucle, non seulement les bulletins météo et les alertes au froid, mais surtout la déclaration du Pape Benoit XVI concernant la proclamation des vertus héroïques de Pie XII. Les interviews un tantinet orientées rassemblent des témoignages d’un soi disant journal catholique lyonnais et de ses partisans… pour donner l’avis des catholiques de France. NON NON et NON ! Le groupuscule de ce journal prétendu catholique de la région lyonnaise n’est pas la voix des catholiques de France !!!! Il n’est la voix que de lui-même.

Comment peut-on prétendre informer en s’appuyant ainsi sur des propos grossiers et caricaturaux ? Car selon ces témoins Pie XII et Hitler : « même combat ! ». Un mythe s’entretient : le Pape est l’allié des nazis par un silence coupable. Argggg, le petit historien que je suis est franchement agacé par cette polémique.

Alors modestement par ce petit blog, je veux (sans doute avec d’autres) essayer de pousser un peu plus loin la réflexion que la dépêche AFP présentant Pie XII :

« Nommé pape en 1939, quelques mois avant le début de la deuxième guerre mondiale, il ne s’était pas associé, en 1942, aux Alliés dans leur condamnation du massacre des Juifs. »

Le message des alliés en 1942 a été lancé le 17 décembre, soit une semaine, une petite semaine avant la déclaration de Noël du Pape. Certes le message de Noël a été considéré par certains comme insuffisant…

Alors creusons encore et regardons la vie de Pie XII, les actes qui faisant peut être moins de bruit n’en sont pas mois éloquents !

(Je reprends ici des passages que l’on peut trouver sur le blog de Koz.. merci à toi pour ton travail toujours aussi documenté !)

  • selon Pinchas Lapide, qui ne fait preuve d’aucune indulgence à l’égard de Pie XII par ailleurs, son rôle « a été déterminant pour sauver au minimum 700 000, si ce n’est 860 000 juifs, d’une mort certaine aux mains des nazis »;
  • selon Michael Tagliacozzo, rescapé de la Shoah ayant été lui-même caché au Vatican, les protestations et actions de Pie XII ont permis de sauver 80% des juifs de Rome. Il établit ainsi que 477 juifs furent recueillis au Vatican même, « 4238 autres trouvèrent refuge dans les nombreux monastères et couvents de Rome » et que 3.000 autres furent cachés dans la résidence d’été du Pape, à Castel Gandolfo;
  • selon Sir Martin Gilbert, « des centaines de milliers de juifs [ont été ] sauvés par l’Eglise catholique, sous la conduite et avec le soutien du pape Pie XII »;
  • selon Léon Poliakov, les pressions exercées par le Vatican sur Mgr Tiso permirent l’arrêt des déportations de juifs slovaques et le sauvetage de 20.000 d’entre eux.

On découvrit encore, récemment, deux lettres du Pape Pie XII, transmettant des instructions personnelles et directes pour venir en aide aux juifs.

A la lumière de ceci, les polémiques entretenues prennent un tour surréaliste et particulièrement peu historiques.

A quoi riment donc les spéculations entretenues autour de l’effet potentiel d’une prise de position explicite du Pape ?

Quel est l’enjeu de cette question ? S’agit-il d’évoquer une prétendue complicité du Pape, un quelconque antisémitisme ? Cette idée ne résiste pas à l’examen des faits rapportés ci-dessus, ou au fait que Pie XII, alors cardinal, fut le rédacteur de l’encyclique (écrite en allemand pour signifier son caractère orienté !)  Mit Brennender Sorge, qui condamnait explicitement le nazisme.

L’unique enjeu consiste à savoir si une parole plus ferme aurait pu avoir un effet sur le génocide des Juifs. Une telle question est tout à fait anti-historique. Elle s’abstrait des circonstances et des incertitudes de l’époque, fait bon marché de l’hypothèse inverse (à savoir l’aggravation), et se résume en fait en l’élaboration de théories finalement pré-orientées par les fondements idéologiques de ceux qui les émettent.

On peut donc, aussi peu rigoureux cela soit-il, échafauder des hypothèses. Mais elles ne resteront que de pures spéculations face à un fait brut et non contesté, bien qu’ignoré : le sauvetage de dizaines voire de centaines de milliers de juifs.

Et, parmi les hypothèses, on peut aussi poser cette question, qui ne trouvera pas davantage de réponse définitive : les catholiques et le Saint Siège auraient-ils été en mesure de sauver autant de juifs si Pie XII s’était joint aux Alliés dans leur déclaration de décembre 1942, devenant ainsi manifestement partie aux hostilités, ou si son propos avait été plus vif ?

On évoque souvent l’effet produit sur le Pape par les conséquences des protestations courageuses des évêques hollandais, qui débouchèrent sur des persécutions renforcées en représailles. Mais sans même évoquer des représailles, ne peut-on simplement penser que l’action effective de certains catholiques, du Saint-Siège et du Pape auraient été entravées ? Que fallait-il donc faire ? Discourir ou sauver des vies ?

Au final, si les Alliés émirent une condamnation (une seule) durant la guerre, il ne semble pas que le sort des juifs aient été leur préoccupation, ni que cette déclaration ait été suivie de grands effets. A l’inverse, si l’on spécule sur les motivations d’une condamnation insuffisamment explicite de Pie XII, on ne peut contester, ni le sauvetage effectif de milliers de juifs à son initiative, ni la gratitude exprimée à de multiples reprises par les juifs eux-mêmes à l’époque. Discourir ou agir ?

Ceci n’épuise pas la cause de la béatification éventuelle de Pie XII. Mais il serait bon que cela contribue à se pencher sur d’autres aspects de sa personnalité et de son apport au monde et aux catholiques.

Il est essentiel de s’interroger au-delà des l’approximations et d’un pathos  guidé par une idéologie putride ! Je suis furieux… pardonnez le ton de ce billet… Voila c’est dit… et si nous parlions de Copenhague, autre scandale en perspective… je vous invite à lire le blog de René Poujol.

Et nous ? Soyons saints !

20/12/2009

14 Réponses pour “Agacement !”

  1. Redigé par Francois B:

    Pour un type énervé tu prend tout de même bien le temps de poser les choses, certains journalistes (je dis bien certains) préfèrent dire des choses facile, les choses que les gens veulent entendre c’est blessant mais ca vend.
    Tentons de prendre de la hauteur…
    à commencer grâce à ton article

  2. Redigé par Marie 53:

    Boojour,

    Certains journalistes aiment « Bouffer du curé et du catho » et n’hésitent pas pour cela à « sauter » sur la moindre occasion dès que « ça bouge » chez les catho. Je ne sais pas ce qu’on leur a fait…Précisons quand même que, s’il s’agissait d’un musulman ou d’un rabbin, (qui sont mes frères et soeurs), ces mêmes journalistes ne bougeraient pas…Pourquoi ?
    Merci pour ce « coup de gueule » fort sympathique qui porte à réfléchir…
    Erreur cependant : l’encyclique « Mit brennender Sorge » n’a pas été écrite par Mgr Eugénio Pacelli, futur Pape Pie XII, mais par son prédécesseur le Pape Pie XI. (Après avoir vu sur le lien où vous nous envoyez, et avoir fait des recherches de cette même encyclique sur d’autres sites internet et… dans un bon vieux dictionnaire ! )
    L’essentiel, cependant, étant que le Pape Pie XII a su rester discret dans ces périodes difficiles, ce qui lui a permis d’aider et de sauver des milliers de gens. L’Esprit-Saint devait être une sacrée force dans ces moments-là…
    et je pense que, si le Pape Benoit XVI a nommé le Pape Pie XII « Vénérable », il ne l’a certainement pas décidé « à la légère » mais certainement en ayant approfondi comment Pie XII a vécu ces moments-là…

    N’en déplaise aux journalistes véreux (pas tous heureusement ! ) qui cherchent à « casser » du catho !!!

    Bonnes fêtes de Noël à tous,
    BVDE ou Bon Vent de l’Esprit,

    Marie 53

  3. Redigé par Sebastien:

    merci pour votre participation et vos encouragements. Je persiste tout de même, il n’y a pas erreur concernant l’ecriture de Mit brennender Sorge, sil elle est signée par Pie XI elle fut écrite, ou plutôt co-écrite par celui qui allait devenir Pie XII. Les encycliques ne sont jamais de la main d’un seul homme. Et il est attesté par exemple http://news.catholique.org/10897-benoit-xvi-ouvre-les-archives-du-pontificat que Mgr Pacelli en fut le plus grand inspirateur… Bien amicalement et bonne route vers Noël

  4. Redigé par Damien:

    Merci cher Sébastien ! Suite à la polémique de l’an dernier sur le même sujet je m’étais plongé dans la lecture de « Pie XII et la Seconde Guerre mondiale » de Pierre Blet pour découvrir, grâce à un réel travail d’historien, un éclairage différent sur la question. Il est intéressant d’observer que le travail de John Cornwell, un des derniers auteurs à avoir relancer la polémique sur Pie XII, a été décrié par les historiens honnêtes et la presse mondiale est largement revenue sur son soutien aux théories fiumeuses de ce journaliste sauf…. en France !!!
    Non je n’irai pas voir là un complot anti catho de certains quotidien, mais quand on lit le dernier article du Monde sur le sujet, on hallucine !!! (sans parler des réactions des lecteurs qui en disent long sur leurs maigres connaissances sur la question…)

  5. Redigé par francoise:

    mais notre pape actuel n’est-il pas allemand et lui aussi n’a t-il pas commis des fautes durant cette satanée guerre et il ne peut désavouer  » son collègue »

  6. Redigé par Jacques:

    Par un miracle, je tombe sur ce bloc et vous en félicite et vous en remercie d’avoir ouvert ce sujet.
    Je suis catholique et bien malheureux de voir la tournure des événements, heureusement que
    cela dure, un laps de temps et la nervosité se calme et tombe et tombe dans sa tombe.

    Perso je ne peux pas concevoir ces accusations, contre SSle Pape PIEXII, comme vérité, mais atteinte a son intégrité. a sa moralité et a sa Sainteté de Pape.
    La décision de BenoitXVI, le regarde, il est l’Eglise et l’Eglise séparée de l’Etat, n’est chef que de l’Eglise.
    Son titre ou son grade, ne sont chef d’2tat xyz….

    Merçi pour les chiffres donnés, sur le sauetage des juifs, que le Vatican, dont PIE XII a fait.

    Merçi- Bonne Sainte fete de Noel, Bonne et Sainte Année 2010, soyez béni par l’Enfant Jésus

  7. Redigé par de Failly:

    Bonjour,
    Comme vous, je suis agacé par ces gens qui s’érigent en juges absolu de ceux qui les ont précédés. On ne peut juger le monde de hier avec nos concepts d’aujourd’hui. Pie XII, plus que les hommes d’Etat de cette époque avait compris que les grandes déclarations sont sans effets concrets et pouvaient se « retourner » contre lui et l’Eglise. On le voit aujourd’hui ce que la presse fait des informations du Vatican. Pie XII a choisi la voie de la discrétion, de l’action directe sur le terrain. Sans tambour ni trompette. Eut-il tort ? Pas nécessairement, il a choisi une façon d’agir contre la chose la plus horrible, la machine de guerre, où les chrétiens d’Europe se déchirent et se combattent. Voilà le drame fondamental que Pie XII à vécu et certainement porté dans ses prières quotidiennes. Il n’y a plus de Hitler, de Staline ou de Churchill, mais des chrétiens des familles qui sur base de données géopolitiques s’entre tuent.
    Si l’Eglise décide d’élever une personnalité au rang des saints et saintes, il s’agit de son choix. Autant le monde réclame la séparation Eglise-Etat, alors il ne faut pas que le monde et les états se mêlent des affaires de l’Eglise. A chacun sa souveraineté. Que les juifs furent massacrés dans une grande majorité que compte les victimes de cette satanée guerre, je l’admets. Mais, toutes les victimes ne furent pas juives. Or trop souvent la « shoas » devient la « raison » politique de toute les interventions d’Israël dans les affaires du monde. Cela en devient indécent, malsain. Que Pie XII soit sanctifié est une bonne chose, c’était un saint homme. Voilà mon avis

  8. Redigé par CHAMPIGNY EDITH:

    J’étais enfant pendant la guerre et bien que très jeune j’ai vite compris que l’attitude des personnes autour de moi pouvait être mal interprété en bien ou en mal ! Que Pie XII ne se soit pas exprimé publiquement est compréhensible. L’atmosphère qui régnait durant cette période ne facilitait pas l’expression ; bien des personnes se faisaient passer pour des collabos alors que c’étaient des partisants ! que de confusion après l’armistice ! et ce doit être pareil (mais à un autre échelon) pour le Pape ; et quelles conséquences pour les chrétiens du monde entier, puisque c’était une guerre mondiale.

  9. Redigé par Toto:

    Bravo, en tous cas, pour l’énergie de l’argumentation. Mais n’y perdez pas l’harmonie. Le métier inavoué des journalistes est de faire vendre du papier et un éloge de Pie XII n’aurait pas suscité la curiosité d’un lecteur de plus.
    Ensuite de cela, il ne faut pas oublier que les Français sont imprégnés d’anticléricalisme du fait de leur éducation , donc qu’ils bouffent du curé, cela fait partie de leur être.
    Enfin, reconnaissons que les Juifs sont très habiles pour répandre l’idée que seuls les Juifs ont eu à souffrir des Nazis. Mon père a été déporté pour faits de résistance et j’ai eu récemment l’occasion de constater qu’un fils de déporté non juif avait beaucoup moins de valeur qu’un fils de déporté juif. Nous avons les gouvernants que nous méritons.
    En conscience ne suffit-il pas de se souvenir qu’un gouvernement juif a reconnu les mérites de Pie XII et on pourrait être reconnaissants à l’église de le rappeler.

  10. Redigé par Eddy van Sevenant:

    On pourrait aussi ajouter à la défense de Pie XII que si le grand rabbin de Rome,Mr ZOLLI, s’est converti en 1945 au catholicisme en prenant le prénom d’Eugenio (prénom de Pie XII), ce n’est certailement pas parce qu’il réprouvait l’action du pape pendant la guerre. Et Mme Golda Meir, Ministre des affaires étrangères et Première Ministre d’Israël a rendu un vibrant hommage à Pie XII lors de son décès en 1959 : l’aurait-elle fait pour un ennemi des Juifs ?
    Récemment encore, un rabbin de New-York a proposé que l’on proclame Pie XII « Juste parmi les nations ». Décidément, les ennemis de l’Eglise sont prêts à tout pour la dénigrer, même en dépit de toute vérité historique.

  11. Redigé par colette67:

    Je suis heureuse de lire cet article si clair et si posé ! Sans revenir sur ce qui est dit dans d’autres commentaires, je suis heurtée par le fait que « bouffer du catho » paraisse si normal et ne soulève guère de réaction. Dans les Dernières Nouvelles d’Alsace d’hier (22/12/2009) un journaliste intitulait son éditorial « Sa Sainteté Ponce Pilate ». Doit-on accepter cela sans broncher ? Je pense qu’on peut manifester un désaccord sans se montrer insultant ?

  12. Redigé par Toto:

    Je partage l’avis de Colette. Pourquoi la hierarchie cléricale laisse t elle insulter un de ses plus hauts dignitaires, par des individus qui n’oseraient pas dénigrer ue autre religion, sans exiger une mise au point du meme volume?

  13. Redigé par Aurore:

    Pourquoi se contenter d’une légitime colère exprimée sur un blog ? Si offence il y a le devoir demande de ne pas la laisser se propager sans réagir! Les preuves de son action discrète (avait-il le choix?) mais efficace dans de telles dramatiques circonstances doivent être apportées par tous ceux qui les ont…Le Monde Le Figaro Le Point etc doivent être impliqués dans un devoir de vérité que la mentalité de ce pays dilue dans une haine ancestrale de tout ce qui concerne le Vatican…Faute en revient à l’Eglise s’effaçant sous de grossières insultes…

  14. Redigé par SHAUNAYates21:

    Some specialists claim that mortgage loans help a lot of people to live the way they want, because they are able to feel free to buy necessary goods. Furthermore, various banks present short term loan for young and old people.