Archive pour le décembre, 2010

Méditation pour Noël

Samedi, décembre 25th, 2010

Gloire à Dieu

Depuis toujours, le Sens !

D’où est venu à l’homme ce sens de notre monde ? Comment monter si haut pour nous le délivrer ? Mais où avoir appris la signification de tout ce qui existe ? Avant cet évangile y était-on parvenu ? (suite…)

Saint Noël à vous tous

Vendredi, décembre 24th, 2010

Un Saint Noël à chacun, la Paix et la joie dans vos coeurs et dans vos maisons.

Que le Seigneur nous bénisse tous !


Oui, nous voulons prier pour cela au cours de cette Sainte Nuit.

Seigneur Jésus Christ, toi qui est né à Bethléem, viens à nous !

Entre en moi, dans mon âme.

Transforme-moi. Renouvelle-moi.

Fais que moi et nous tous, de pierre et de bois devenions des personnes vivantes, dans lesquelles ton amour se rendez présent et le monde soit transformé.

Benoit XVI, Homélie du 24 décembre 2009

Version geek de la Nativit »Y »

Dimanche, décembre 19th, 2010

Pas mal, pas mal du tout…

L’histoire de la nativité vue de manière étonnante…

Recevoir le Salut

Dimanche, décembre 19th, 2010

Dieu se donne ! Inutile de chercher à vouloir le charmer. Inutile de vouloir capter sa bienveillance car elle nous est acquise de toute éternité. Il déborde d’amour et nous fait exister. (suite…)

Donner sa vie !

Dimanche, décembre 5th, 2010

Figure de l’avent, Jean force pour chacun notre porte intérieure. C’est là qu’il faut changer notre comportement. Il le crie à tue-tête. Voici le grand moment où vient Celui que l’on ne connaît pas mais qui porte avec lui notre accomplissement. Comment le décrit-il ? Il est très important et puissant, le voici comme un juge qui discerne le vrai et rejette le faux. (suite…)

Le temps d’un désir

Dimanche, décembre 5th, 2010

Le mot Adventus signifie « venue », « arrivée ». Ce terme fut choisi pour traduire le mot grec Parousia qui exprime le retour du Christ à la fin des temps.
Il y a une tension à assumer pour comprendre pleinement, et le terme et le temps de l’Avent. Ce dernier prépare la venue du Christ parmi les hommes et annonce son avènement glorieux à la fin des temps.

Situé au début de l’année liturgique, il est possible de considérer l’Avent comme un trait d’union entre le cycle finissant et le nouveau cycle qui s’ouvre. C’est ce que suggère le numéro 102 de la constitution sur la liturgie du concile Vatican II : « (…) Et elle[ l’Église] déploie tout le mystère du Christ pendant le cycle de l’année, de l’incarnation et la Nativité jusqu’à l’Ascension, jusqu’au jour de la Pentecôte, et jusqu’à l’attente de la bienheureuse espérance et de l’avènement du Seigneur. »

Il n’y a pas de rupture entre les cycles. Le temps de l’Avent inaugure l’année liturgique tout en la couronnant. Il s’agit de l’attente du Sauveur dans le paradoxe du Royaume du « déjà là et pas encore » que le Christ révéla dans l’Évangile, et qu’il nous appelle à désirer.
La liturgie aide le croyant à entrer dans cette dynamique.
Le temps de l’Avent devient ainsi le temps du long désir. La liturgie le décline en deux parties :
- la première est organisée par les trois premiers dimanches. Elle est consacrée à l’annonce du second avènement du Christ.
- la deuxième partie est constituée par la semaine avant Noël, du 17 au 23 décembre. Elle est plus directement en lien avec la préparation de Noël : l’entrée dans le temps de Dieu en Jésus Christ, petit enfant né un jour du temps. Le quatrième dimanche de l’Avent propose une méditation des faits qui ont annoncé la naissance de Jésus.

Les chants de l’Avent crient « Viens Seigneur Jésus ! » : ce sont les derniers mots de l’Écriture. Les dire, les chanter, c’est être certain de la venue du Seigneur aujourd’hui et demain.

L’Avent ? Ce temps béni qui nous fait prendre conscience d’un Noël « déjà là » : Jésus le Christ est présent au cœur de la famille humaine ;
et d’un Noël « pas encore là » : Jésus le Christ reviendra à la fin des temps pour rassembler la multitude. L’Avent nous provoque à répondre à l’appel du Royaume qui vient.